Texte RP - les dernières réflexions ; partie 1 ; la distillation et le phlogistique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Texte RP - les dernières réflexions ; partie 1 ; la distillation et le phlogistique

Message par E. Martauciel le Dim 2 Juin - 1:19

--Hors RP--
Voilà, suite à cette annonce j'ai décidé d'attraper ma plume pour écrire quelques textes. Les plus mordus de science risquent de criser un peu, mais rassurez-vous, ce n'est qu'un premier jet !
"Les dernières réflexions" sont largement perfectibles, et c'est pour cela que je demande votre aide en tant que lecteurs attentifs pour déceler toute possibilité d'amélioration. Pour les fautes d'orthographe, je sais qu'il y en a mais je les corrigerai seul une fois que j'aurai proprement relu mon texte. Sauf si elles vous choquent vraiment beaucoup ou qu'elles sont, selon vous, particulièrement bien cachées, vous pouvez les signaler sans problème.

Je cherche principalement à améliorer le texte au niveau du/de la ;
-Contenu
-Présentation
-Clarté et lisibilité (posez vos questions si vous ne comprenez pas, ça aide)
-Vocabulaire
-Cohérence avec l'univers d'OT

Toutes les suggestions seront appréciées, je vous en remercie d'avance.

Pour info, le phlogistique est une vraie théorie qui a fait son temps, avant que Lavoisier ne trouve une meilleure explication aux échanges de chaleur avec le Calorique. Mon explication du phlogistique fait un peu référence aux deux théories. C'est amusant de voir à quel point les sciences évoluent et j'ai choisit d'exposer cette théorie obsolète pour coller justement avec l'univers d'OT et que l'on puisse par la suite me contredire (ça risque d'être fun...). J'ai fait mon possible pour faire attention au vocabulaire ; température, chimie, physique, gaz, réaction... sont tout un tas de mots que j'ai eu du mal à éviter, et du coup le vocabulaire peut paraître un peu "simple". C'est largement voulu, ces termes scientifiques sont au fond assez récents. Si vous avez des idées pour rendre le texte plus moyenâgeux, c'est évidemment bienvenu.
avatar
E. Martauciel

Identité Réelle : Justin Martin
Personnage : Elaurien Martauciel
Âge : 20
Maison : Valpelotte
Métier : Ingénieur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Texte RP - les dernières réflexions ; partie 1 ; la distillation et le phlogistique

Message par E. Martauciel le Dim 2 Juin - 1:20

Les dernières réflexions

Des hypothèses et des découvertes par E. Martauciel, Ingénieur et sage de la maison Valpelotte, vassale de Blanchetour

J’ai consacré plusieurs années de ma vie à la recherche dans des domaines très divers, ceux qui m’inspiraient le plus et qui venaient à mes oreilles par la volonté de dieu. Je les ai exploré le plus loin que je le puisse actuellement et il est maintenant temps que j’en fasse part à mes collègues. C’est donc par le présent ouvrage que vous avez en votre possession que je vous exposerai mes découvertes et hypothèses les plus récentes. J’exposerai d’abord quelques techniques avant de partir sur des réflexions plus abstraites sur des domaines, vous le verrez, très variés.
Je vous mets donc au défis de me prouver logiquement que j’ai tort, et si dieu le veut, nous ferons ainsi progresser nos techniques.

Techniques de distillation et théorie du phlogistique

Durant mes études, j’ai toujours été passionné par les ouvrages anciens, principalement des ouvrages d’auteurs de l’ancien continent copiés, parfois sans beaucoup de soins. J’ai eu, après bien des efforts, accès à certains textes traduits de langues étranges provenant de l’ancien continent. Les rares moines encore capables de traduire ces textes en « arabe » ou en « grec » et en « italien », je les ai rencontré. Avec le bagage de connaissances certain que j’ai réussi à accumuler, j’ai permis l’élaboration de traductions plus fidèles, plus logiques, des textes amenés en Outreterre encore en langue d’origine. Un long et sérieux travail dont je ne suis pas peu fier, mais le crédit reviens au père Josselin du prieuré de [Insert name here] pour sa grande connaissance de l’italien et d’autres langues exotiques encore plus obscures. La culture et l’étendue de l’ancien continent me fascineront toujours.

Comme vous l’avez sans doute déjà remarqué, il est possible de mélanger plusieurs fluides entre eux (l’eau éclairci le lait, ainsi que le vin). Pour mettre un nom sur les choses, ces liquides seront appelés miscibles (lat. Miscere, mélanger), car, contrairement à l’huile placée dans l’eau, ils se mélangent sans se séparer.

Parenthèse étymologique, j’utiliserai ici le terme d’ « alcool » pour désigner le corps présent dans les boissons comme le vin, la bière, à la saveur brulante et qui provoque l’ivresse, un terme provenant de l’arabe semble-t-il, et qui est parfois associé à des distillats de vin.

Une boisson alcoolisée verra ses effets diminués pour une même quantité de liquide si on la mélange à de l’eau, ce qu’on appellera la dilution (diluo). Grâce à la distillation, il est possible d’obtenir le processus inverse ; la distillation renforce le composé et le produit final sera donc davantage alcoolisé pour un volume identique. Outre son aspect pratique pour obtenir des alcools forts, cette expérience de distillation permet de prouver l’existence de la composition multiple des boissons, et sans doute d’un nombre incalculable d’autres liquides. Chaque liquide est composé de différents constituants qui peuvent être séparés et raffinés, peut-être jusqu’à obtenir un produit pur, aux propriétés étudiables et combinable avec d’autres produits.

Pour procéder, l’on prendra un système appelé alambic, comprenant une chaudière (A sur le croquis) en métal – j’expliquerai l’importance de la matière du récipient plus tard – recouvert d’un chapiteau (B) dont il est important qu’il épouse parfaitement les contours de la chaudière (F). Le chapiteau possède un col de cygne (C) qui sera relié à un condensateur (E). Le liquide est placé dans la chaudière, le chapiteau est ajusté sur la chaudière et le condensateur sur le col de cygne. On chauffe ensuite la chaudière par en dessous avec un feu doux, afin que le liquide ne se mette à bouillir qu’à peine. Le liquide distillé se formera dans le condensateur et aura un pouvoir plus fort que le liquide initialement placé dans la chaudière. Une boisson aura donc un goût d’alcool plus prononcé et l’ivresse se fera sentir plus rapidement. Il est possible d’accélérer la distillation en plaçant autour du condensateur une bassine d’eau qu’on veillera à changer régulièrement pour continuer de rafraichir le récipient.

En prenant pour liquide initial un peu de vin rouge, on obtiendra à la fin du processus un liquide clair comme l’eau. Le volume final de produit clair est bien moindre que le volume de vin initialement placé. Mais il suffit de soulever le chapiteau pour remarquer qu’une pâte épaisse de couleur rouge très foncée s’est accumulée au fond du récipient. Dans le liquide distillé on ne retrouvera donc qu’un peu de l’odeur du vin avec l’alcool. La pâte contient elle aussi l’odeur et le goût (nettement plus fort) ainsi que la couleur du vin. On remarquera par contre une observation nouvelle lors de certains distillations alcooliques ; l’apparition d’un goût fort désagréable dans le clairet. Une seconde distillation en plaçant ce clairet dans la chaudière permettra d’éliminer en partie ce goût, même si une forte aromatisation avec diverses épices permettra aussi de couvrir le goût. On remarquera que cette seconde distillation renforcera encore le goût brulant de l’alcool, ce qui laisse penser qu’il est possible d’obtenir un produit encore plus pur. J’ai bien entendu essayé de l’obtenir, cette force maximale.

Après une vingtaine de distillations, on obtient un composé au goût toujours plus brulant - au point qu’il en devient difficile de le goûter - mais l’on perd l’odeur et le goût du vin. Le produit final est d’une puissance telle qu’en ingérer une quantité aussi importante qu’un verre pourrait s’avérer mortelle pour le malheureux qui osera y goûter de cette façon. Pour preuve, un ancien collègue qui tenta d’y goûter, il en avala une quantité trop importante et tomba dans un coma tel que seule une régurgitation rapide pourra le sauver d’un arrêt du cœur. Rassurez-vous, ce collègue a survécu, et a compris la leçon de ne jamais avoir trop d’entrain dans l’expérimentation… et que goûter un produit inconnu n’est pas forcément l’idée du siècle, même si cela a prouvé que l’alcool fortifié a les mêmes effets sur le corps qu’une ingestion d’alcool moins fort en grande quantité, ce à quoi on pouvait s’attendre.

Maintenant, l’on peut se poser la question suivante ; que ce passe-t-il donc dans cet alambic ? Prenons des exemples simples, dont vous pourrez même faire expérience dans votre foyer ; Mettez donc une marmite à bouillir au-dessus du feu, vous verrez apparaître une fine fumée blanche si vous regardez bien. Si au-dessus du feu, vous placez votre main ou une surface lisse et froide, vous remarquerez vite qu’une fine pellicule d’eau pourra s’y ressentir au toucher. Chauffé, un liquide se transforme donc en une substance aérienne qui s’élève dans l’air, mais elle peut redevenir liquide si on la refroidit. Si on la refroidit suffisamment, comme en hiver par exemple, elle peut devenir solide. La glace chauffée suffisamment pourra elle-aussi donner la même substance aérienne, mais passera d’abord par l’eau liquide. Si on dépose de la glace sur un fer chauffé à blanc, elle pourra se transformer directement en la substance aérienne qu’on nommera vapeur (lat. vapor, fumée). Si l’on parvient à chauffer, à l’aide d’un feu imposant, une grande quantité d’eau, l’on constatera que la dite vapeur est tellement abondante qu’elle devient opaque ; il est impossible de voir à travers tellement elle est dense. Son état est similaire à celle d’une fumée d’un feu de bois et son aspect blanchâtre rappelle les nuages des ciels d’été.

De par cette expérience, j’ai la ferme conviction que lors d’un processus tel, il est impossible de faire disparaitre ou apparaitre de la matière ; la masse à la balance du liquide initial est quasiment identique à celui des produits une fois le processus totalement terminé. On pourrait attribuer la légère différence au fait que le système ne soit pas parfaitement hermétique, donc qu’un échange d’air et de chaleur entre l’intérieur et l’extérieur du système soit possible ; le système ne serait donc pas totalement isolé. La différence de masse ne peut de toute manière pas être le fruit de la disparition d’un corps, tout comme il serait impensable qu’un corps s’alourdisse lors d’une telle opération. La disparition et l’apparition de matière est plus de l’ordre du domaine de Dieu que des hommes, et il serait ô combien dangereux pour l’homme de jouer dans le domaine de Dieu. Les élémenciens l’ont bien compris. Heureusement, tout ce qui peut être compris par la logique n’est pas magie ni miracle ; la magie n’est jamais ce qui qualifie ce que la raison n’est pas capable d’expliquer et que parfois la morale réprouve. La magie restera donc pour moi ce sur quoi la raison n’a pas encore mis le doigt. Le miracle, quant à lui, est une heureux évènement qu’il ne vaut mieux pas étudier, pour qu’il ne perde jamais de sa superbe envers les hommes. En tous points, la science ne doit pas empiéter sur la religion, tout comme la religion ne doit pas empiéter sur la science. Ces deux domaines sont même, selon moi, complémentaires. Là où la religion nourris l’esprit et rassure sur le pourquoi de l’être et du monde, la science essaye de nourrir par le comment. Les deux sont autant essentiels au quotidien.

Et pour comprendre, il faut d’abord faire des hypothèses et ensuite les vérifier, et c’est ici qu’interviens le phlogistique. Le phlogistique n’est rien d’autre qu’une tentative d’explication sur le transfert de chaleur. Autrement dit, une explication sur comment un corps chaud peut chauffer un corps froid et aussi est une explication au phénomène de perte de masse.
Le phlogistique (lat. phlogiston, tiré lui-même du grec ancien, φλογιστός, « consummé par la flamme ») est un fluide dégagé lors de la combustion par le phlogiston, présent en chaque corps ; bois, plantes, animaux, humains, tout ce qui est combustible en contient donc. Plus un corps en contient, plus il brûle bien. Le phlogiston est inodore, impalpable, incolore et difficilement quantifiable. Une fois brûlée, la substance perd tout son phlogistique et apparaît alors sous une forme nouvelle, qui ne pourra plus brûler à nouveau. La substance est donc déphlogistifiée, et jusqu’à présent, il est difficile de rephlogistifier une matière ; le phlogistique n’est pas vraiment manipulable une fois qu’il s’est libéré. Lors de la combustion, on peut cependant intercepter ce flux de phlogistique pour faire chauffer un corps. La marmite au-dessus du feu intercepte donc le flux de phlogistique qui se dégage de l’âtre et se met donc à chauffer. L’air autour du feu fait de même, et heureusement ; sinon il serait bien impossible de chauffer une pièce. Le corps humain pourrait fonctionner de la même façon ; la nourriture étant un corps à haute teneur en phlogiston, il se pourrait que le corps humain brûle d’une certaine façon le phlogiston pour produire sa propre chaleur corporelle. Le corps intercepterait alors lui aussi le flux de phlogistique. Mais la marmite au-dessus du feu finira par refroidir si le flux s’interrompt, de la même façon, il est nécessaire de s’approvisionner en phlogiston par l’alimentation.

Cependant, même si le bois libère beaucoup de phlogistique, le corps humain sera incapable de l’utiliser. Il est possible que, justement, ce corps soit beaucoup trop concentré en phlogistique pour que le corps humain puisse l’utiliser sans causer des dommages irréversibles. Un niveau d’énergie modéré, présent dans la nourriture, est donc plus souhaitable pour les humains, les animaux, les vivants.
Et donc, le phlogistique pourrait s’apparenter à du feu fixé dans la matière, qui se libère lors qu’on lui fournit suffisamment d’énergie pour créer une flamme. Un cas particulier est celui de la rouille ; même l’acier, lui pourtant si froid et si dur, contient du phlogistique. Laissé à l’air libre et humide, il finira par se couvrir d’une croûte brune orangée que redoutent tous les gens d’armes ; la rouille. Tout comme le bois qui a besoin d’air pour brûler – faire brûler du bois dans un système hermétique finira inexorablement par étouffer le feu, un renouvellement de l’air est donc nécessaire afin que le bois « respire » - la rouille ne se forme qu’en présence d’air. Le processus étant particulièrement lent (plusieurs jours, voire plusieurs semaines), le dégagement de phlogistique n’est sans doute pas assez manifeste pour que nous puissions le percevoir ni le mesurer, mais toutes les conditions sont réunies pour que nous puissions émettre l’hypothèse que le fonctionnement derrière la formation de la rouille soit proche, voire identique à celui qui fait brûler le bois dans la cheminée.

La nécessité de l’air pour le dégagement du phlogistique reste cependant encore mystérieuse. Un rapport logique entre ces deux fluides doit exister, et certaines expériences récentes semblent le confirmer. Dans un milieu parfaitement hermétique, une buche finira par s’éteindre d’elle-même par manque d’air. A moins de renouveler l’air, toute tentative de création d’une flamme sera parfaitement vaine dans une telle atmosphère. L’air restant n’est donc plus capable d’accueillir plus de phlogistique, l’air est donc phlogistifié à son maximum et empêchera toute combustion. On pourra donc imaginer un air opposé, vidé de tout phlogistique, « déphlogistifié », qui permettrait à un feu de brûler beaucoup plus longtemps qu’avec un air ordinaire, possédant sans doute déjà une part du phlogistique de l’environnement. Le raffinement d’un tel air à partir d’air ordinaire est cependant assez problématique. L’on pourrait aussi trouver un corps qui ait la plus haute teneur possible en phlogistique, en qui, en présence d’air déphlogistifié, pourrait produire une énergie considérable.
avatar
E. Martauciel

Identité Réelle : Justin Martin
Personnage : Elaurien Martauciel
Âge : 20
Maison : Valpelotte
Métier : Ingénieur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Texte RP - les dernières réflexions ; partie 1 ; la distillation et le phlogistique

Message par jehan le Mar 4 Juin - 21:48

Salut Eularien,

Alors déjà c'est vraiment pas pour te décourager mais c'est beaucoup trop long.

Faut vraiment aérer, découpe des chapitres et colle leur des titres.

________________________________________
La mort pour seul repos !
avatar
jehan

Personnage : Jehan de Blanchetour
Âge : 29
Maison : Blanchetour
Titre : Baron de Blanchetour
Métier : Chevalier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Texte RP - les dernières réflexions ; partie 1 ; la distillation et le phlogistique

Message par Kroll le Mar 4 Juin - 21:50

Yop,

Pour la longueur, je n'ai pas le même avis que grima. Le texte peut être long.

Par contre, en effet, la mise en page sur forum est assez indigeste. Il faut voir dans une version "traitement de texte"

Kroll

Personnage : Orderic de Thérouan
Âge : 36
Maison : Thérouan
Titre : Evêque de Rèchecoeur
Métier : Prêtre chrétien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Texte RP - les dernières réflexions ; partie 1 ; la distillation et le phlogistique

Message par jehan le Mar 4 Juin - 22:28

Oui désolé mes paroles ont dépassé ma pensée. En l'état c'était plutôt : "vus la présentation, je n'ai pas le temps/courage de le lire sérieusement".

Mais aérer le texte ne pourra que aider à sa lecture et je pense que ça passe aussi par sa structure.

Bon après c'est vrai que les traité d'époque sont surement aussi rassemblé Wink

________________________________________
La mort pour seul repos !
avatar
jehan

Personnage : Jehan de Blanchetour
Âge : 29
Maison : Blanchetour
Titre : Baron de Blanchetour
Métier : Chevalier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Texte RP - les dernières réflexions ; partie 1 ; la distillation et le phlogistique

Message par E. Martauciel le Mer 5 Juin - 20:47

Je vais essayer d'aérer ça, ça ne peut pas faire de mal. Sinon je peux pas vraiment faire plus court, c'est un texte pseudo-scientifique, ça doit donc être un minimum explicatif (et là encore, c'est assez expéditif). Mettre un simple fichier Word ça peut être aider à la lecture, plutôt que de poster sur forum.

Maintenant je sais pas si ça intéresse vraiment la communauté OT ce genre de textes.

________________________________________
Elaurien ; [Elle-au-rien]. Sinon, Martauciel (Marteauciel, Mart au ciel, ça s'est déjà vu aussi).
avatar
E. Martauciel

Identité Réelle : Justin Martin
Personnage : Elaurien Martauciel
Âge : 20
Maison : Valpelotte
Métier : Ingénieur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Texte RP - les dernières réflexions ; partie 1 ; la distillation et le phlogistique

Message par Mélisende le Mer 5 Juin - 21:14

Ca l'intéresse, t'inquiète. Il est très bien, il demande juste une mise en page.
J'ai même presque été convaincue par les arguments Very Happy En tout cas, mon personnage le serait ^^

Tu peux franchement l'envoyer sans honte Smile

________________________________________
Mélisende du Vivier
Camériste et Dame de Compagnie de Dame Vivianne

« Entendre ne veut pas dire écouter car l'ouïe est un sens mais l'écoute est un art. »
avatar
Mélisende

Identité Réelle : Val
Personnage : Mélisende du vivier
Âge : 33
Maison : Blanchetour
Métier : Camériste et dame de compagnie de Dame Vivianne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Texte RP - les dernières réflexions ; partie 1 ; la distillation et le phlogistique

Message par Kroll le Mer 5 Juin - 22:37

Ah oui clairement, ça l'intéresse !

Fonce mon gars. Et si tu en as d'autres, lâche toi.

Kroll

Personnage : Orderic de Thérouan
Âge : 36
Maison : Thérouan
Titre : Evêque de Rèchecoeur
Métier : Prêtre chrétien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Texte RP - les dernières réflexions ; partie 1 ; la distillation et le phlogistique

Message par Sorondare le Jeu 6 Juin - 11:12

Je leur ai même envoyé des démonstrations pourvant que 1 = 0 (y a des erreurs grosses comme des maisons dedans pour expliquer cette absurdité, mais j'ai tenté de les cacher du mieux possible).

Bref, comme quoi, tout les intéresse, et surtout n'importe quoi Razz

________________________________________
Et pendant ce temps, dans la forêt...
avatar
Sorondare

Personnage : Neshoba
Âge : + ou - 30 ans
Maison : Blanchetour
Titre : Garde Personnel
Métier : Eclaireur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Texte RP - les dernières réflexions ; partie 1 ; la distillation et le phlogistique

Message par Angueran le Jeu 6 Juin - 14:41

Je pourrais envoyer ma démonstration comme quoi med = pechon

________________________________________
avatar
Angueran

Identité Réelle : Morgan Bourseau
Personnage : Angueran
Âge : 33
Maison : Therouan
Titre : Valet
Métier : Valet

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Texte RP - les dernières réflexions ; partie 1 ; la distillation et le phlogistique

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum